Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:02

Ce week-end, nous sommes invités par un ami dans l'hôtel que vous voyez ci-dessous pour une cérémonie bien particulière. De quoi peut-il s'agir ?

 

Par ailleurs, reconnaissez-vous cet endroit ? Il est vrai qu'habituellement les photos de ce lieu sont différentes...

 

 

 

 

jjk.jpg

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Voyage Tourisme
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 07:31

Hathi, film canadien réalisé par Philippe Gautier et Prajna Chowta (l'épouse du réalisateur) qui a écrit le scénario enHathi.jpg 1998 avec comme acteur Kawadi Makbul. 97 mn

 

Dans un village du sud de l'Inde, Makbul un enfant qui est né sous le signe de l'éléphant et contre l'avis de sa mère veut devenir "mahout" (homme qui vit au quotidien avec un éléphant, qui est à la fois le maître, le guide et le soigneur de l'éléphant) comme son père l'a été. L'éléphant et l'enfant, puis l'enfant devenu adulte, vivent en parfaite harmonie en travaillant ensemble en s'occupant de l'entretien des forêts. Mais un jour le gouvernement décide de vendre l'éléphant.

 

L'intrigue peut sembler mince mais elle est prétexte à un splendide film animalier  avec des images d'une grande splendeur. La voix off de Makbul accompagne ce récit qui se déroule sur un rythme lent montrant l'harmonie parfaite entre la nature, l'animal et l'homme.

 

 En 1993, Philippe Gautier, auteur de courts métrages, est assistant de John Boorman pour un film publicitaire qui se tourne en Inde. Il tombe instantanément amoureux du pays... et d'une jeune Indienne, qu'il épouse. « Dès que j'ai vu des éléphants apprivoisés, raconte-t-il, j'ai été frappé par la relation qui les liait à leur mahout. On voyait de jeunes enfants dormir aux pieds d'animaux capables, d'un simple coup de trompe, de leur briser la colonne vertébrale. Je me suis demandé pourquoi aucun film ne traitait de ce sujet. J'en ai trouvé un seul, datant de 1937 : Elephant Boy, de Zoltan Korda, film typique de l'époque coloniale, avec des acteurs blancs maquillés pour jouer les Indiens... Alors, ma femme et moi avons décidé de remonter à la source de cette étrange profession. » Prajna Chowta, l'épouse du cinéaste, s'installe pendant plusieurs années dans des villages de mahout. Le scénario de Hathi prend forme. Un producteur canadien s'enthousiasme. Le tournage ­ « très difficile ! », dit simplement Philippe Gautier ­ durera plus d'un an (1). Les acteurs, non professionnels, sont recrutés sur place. Pour les besoins du scénario, il faut remonter 2 600 kilomètres jusqu'au nord de l'Inde, sur des routes défoncées et pas très sûres. L'éléphant « vedette » est véhiculé sur le plateau d'un camion qui ne peut pas dépasser les 30 kilomètres à l'heure. L'équipe est réduite à six personnes : « Il fallait surtout ne pas perturber les villageois, et respecter leur authenticité, explique Philippe Gautier. Le film est plein de "cadeaux" qu'ils nous ont faits. »

 

En cours de tournage, le cinéaste se lance un second défi : filmer la naissance d'un éléphanteau. Mais la gestation d'un éléphant dure de dix-huit à vingt-deux mois : il est impossible de prévoir le moment de la mise à bas. Pendant cinq mois, nuit et jour, Prajna Chowta va suivre une femelle gravide... ratera la naissance de quelques minutes, mais captera les premiers pas du nouveau-né chancelant. Philippe Gautier et Prajna Chowta n'ont pas l'intention d'en rester là : ils préparent une expédition scientifique pour étudier les mouvements migratoires des éléphants à la frontière de la Birmanie...

 

Le récit du tournage est paru dans un livre abondamment illustré : Hathi (l'éléphant) - Journal de bord, de Philippe Gautier et Prajna Chowta, Les Editions de la fête. Article paru dans le magazine Télérama en septembre 2000 

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Films
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 06:48

Attraction-20of-20Moneylg.jpgLe Hawala (ou Hundi) est un système traditionnel de paiement très original. Ce système daterait du début du Moyen-Age et aurait été utilisé par les commerçants de la route de la soie, trop souvent attaqués par des brigands. Aujourd’hui il est devenu un système d’envoi de fonds (type Western Union) utilisé par les indiens travaillant à l’étranger, mais aussi utilisé pour un certain nombre d’opérations illégales allant de la simple évasion fiscale au financement du terrorisme. Ce système de Hawala n’est pas propre à l’Inde et fonctionne également aux USA et en Europe.

 

Le mot Hawala signifie confiance ou échange en hindi.

 

Le principe de base est de faire circuler de l’argent entre un réseau d’agents qui se connaissent et qui se font confiance. Ainsi, un individu A qui souhaite envoyer une certaine somme à une personne vivant dans un autre pays, va confier ladite somme à un marchand. Ledit marchand contacte par e-mail, téléphone ou fax une autre personne de confiance dans le pays en question en lui demandant de remettre la somme correspondante à son destinataire. Le destinataire possède un mot de passe qu’il doit alors communiquer pour recevoir l’argent. Les fonds sont transférés physiquement après coup ou sont compensés par des contre-affaires. Le transfert est soumis à une commission. Aucune règle formelle ne régit les transactions. Seules la parole et la confiance servent de contrat.

 

Less hawalas ont augmenté de manière significative leurs opérations après l’indépendance de l'Inde en 1947 et la partition du Pakistan en profitant des difficultés du système bancaire pour faciliter l’entrée des devises étrangères qui manquaient cruellement dans les économies indiennes et pakistanaises.

 

Après les attentats de septembre 2001, sous la pression des administrations fédérales américaines, des efforts internationaux ont été entrepris pour appliquer aux Hawalas des mesures systématiques de contrôle contre le blanchiment d'argent à l'échelle mondiale. Plusieurs réseaux Hawala ont depuis été fermés et quelques Hawaladars condamnés pour blanchiment d'argent.

 

Il y a quelques mois, la police de Delhi et l'intelligence militaire (MI) ont arrêté six terroristes islamiques du

Jammu & Kashmir impliqués dans un réseau d’envoie de fonds du Pakistan aux terroristes.

 

On estime que les réseaux Hawala pakistanais traitent jusqu’à 5 Mds de dollars par an.

 

Aujourd’hui le hawala est très répandu dans le triangle Inde - Pakistan- Emirats Arabes Unis, Dubai jouant un rôle de chambre de compensation des réseaux Hawalas.

 

Pour en savoir plus :

http://www.infoguerre.fr/fichiers/transferts_fonds_hawala.pdf

 

 

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 03:47

Filets de poisson à l'indienne sauce curry vindaloo

 


 fish-vindaloo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour 4 personnes

 

Ingrédients

 

4 gros filets (cabillaud, colin, limande, daurade, bar ...)

1 gros oignon

2 cuillère à soupe de poudre de curry

2 dl de vin blanc

1 verre d'eau

400 grammes de pulpe de tomates

1 cuillère à soupe d'huile d'olive

Sel et poivre

 

Préparation

 

Faire cuire les filets de poisson dans une poêle chaude et légèrement huilée pendant trois minutes de chaque côté. Réservez-les.

 

Verser dans une grande poêle, l'oignon émincé et le faire blondir à feu doux pendant 5 minutes puis verser le curry en poudre, les tomates, le vin blanc et le verre d'eau. Bien mélanger, laisser cuire pendant 5 minutes à feu moyen.

 

Poser les filets sur la sauce et les faire chauffer à feux doux pendant quelques minutes.

 

Servir bien chaud avec un riz basmati et une sauce au yaourt et fines herbes.

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Cuisine
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 14:55

 

L'Inde est lle pays du bruit !

 

Ceux qui connaissent l’Inde savent que le bruit est l’une des premières choses qui frappent lorsqu’on arrive en Inde. Dans les rues, les klaxons ne s’arrêtent jamais et klaxonner fait partie des règles de circulation.

Les indiens, lorsqu’ils téléphonent, sont bruyants et parlent fort. Et avec prés de 10 millions de téléphones portables neufs vendus chaque mois, les choses ne vont pas s’améliorer. On retrouve le bruit dans les restaurants parce que les indiens parlent frt et parce qu’aucun élément d’insonorisation n’existe.

Mais le haut niveau sonore de la vie indienne ne dérange que nous ! Le bruit fait partie de la vie indienne et de l’hindouisme. Durant les prières (les pujas) le bruit apparait sous forme de cloches ou de gongs afin d’éveiller la divinité et s'assurer de son regard bienveillant sur les gens rassemblés. Les mantras prononcés au cours de ces prières sont des formules condensées d'une série de sons répétée de nombreuses fois suivant un certain rythme. Le mantra est basé sur le pouvoir du son. C'est par la vibration du son et par sa résonance que le son transforme son environnement, mais aussi les personnes qui le récitent.

La légende raconte que Shiva se serait endormi un jour et en se réveillant il a vu la misère du monde et l’a détruit. Pour conjurer le mauvais sort les Hindous font du bruit toute la nuit pour éviter que Shiva ne s’endorme...

Les enterrements sont souvent accompagnés par des personnes qui, avec des instruments de fortune, font beaucoup de bruit ; cela éloigne les démons.

 

Aujourd’hui notre chauffeur a acheté un cadeau pour Flip (notre labrador) : une petite balle qui, lorsqu’elle roule, émet le bruit des animaux de la ferme !

 

On n’a pas encore décidé lorsque on la lui donnera…

Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 08:02

519-g4q6VyL__SL500_AA300_.jpgLa face cachée de l’Inde, Izzi Lokku

 

Nous pourrions reprendre la présentation de ce livre faite par l’éditeur : « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Inde sans jamais oser le demander. Et si l'Inde n'était ni le boom informatique de Bangalore, ni Bollywood, ni rien de ce qu'en disent les médias mondiaux fascinés. Voici le portrait de l'Inde telle qu'elle est vécue par les Indiens au quotidien. Avec ses beautés et ses malheurs. Sa prospérité et sa misère. Son agriculture moribonde et ses villes modernes. Ses religions pour le meilleur et pour le pire. Sa société vivante et ses tensions internes. Son Etat faible et sa géopolitique complexe. Sa bombe atomique et ses vieilles voitures. Sa médecine de pointe et ses remèdes traditionnels. Son marché immense et déroutant pour les Occidentaux qui s'y aventurent... Tous ceux qui veulent découvrir l'Inde, soit pour y voyager, soit pour y faire des affaires, soit par simple curiosité, trouveront dans ce livre un regard interne à la fois dépaysant et sincère ».

 

Nous avons lu ce livre (publié en 2007) et en avons été un peu déçus. Car il s’agit de constats, de « rapports d’étonnement » plus que d’analyses. L’intérêt du livre est que son auteur, indien marié à une française, est biculturel. Comme le disait un critique, « on sent que l’auteur est scandalisé par un certain nombre de choses qui se passent en Inde ».

 

Néanmoins, ce livre a le mérite de mettre en lumière toutes ces différences et toutes ces particularités indiennes.

 

Il cite ce proverbe diplomatique : « Il y a trois façons de voir les choses : la bonne, la mauvaise et l’indienne ». La formule est amusante, mais plutôt que de recenser tout ce qui ne va pas en Inde, ne vaudrait-il pas mieux essayer de voir les choses positivement ? Et comme nous le rappelait un milliardaire indien récemment, avec tous ses défauts l’Inde parvient quand même à une croissance de 8% ! Qu’en serait-il si tous les travers indiens étaient corrigés ?

 

On le recommande quand même à ceux qui ne connaissent pas du tout l’Inde. L’ouvrage se lit facilement.

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Lectures
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 08:28

Nous l'avons déjà écrit, l'Inde n'est pas un pays d'Asie mais un pays du sous-continent indien.

 

Si l'on regarde les drapeaux des principaux d'Asie, on voit que le rouge est dominant.

 

Ci-dessous, les drapeaux de la Chine, du Japon, du Vietnam, de la Corée, de Singapore et de la Malaisie.

 

china flag lg

japan_flag.jpg

vietnam.jpg

 

 

 

 

 

south_korea_flag_wave2.jpg

Singapore-Flag.gif

Malaysia-Flag.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le drapeau de l'Inde est très différent car il mèle la couleur safran (couleur traditionnelle de l'hindouisme) et le vert qui évoque à la fois le monde musulman mais qui est aussi la couleur des héros et la couleur traditionnelle de l'islam.

 

india-flag.jpg

Repost 0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 14:10

indian-rupees_230x230.jpgL'Inde va saisir prochainement le GAFI (Groupe d'Action Financière - organisme intergouvernemental dont le siège est à Paris) au sujet des fausses roupies indiennes fabriquées par le Pakistan et qui seraient utilisées pour financer les actions terroristes.

 

Rien ne va plus entre l'Inde et le Pakistan et ce n'est pas la première fois que l'Inde accuse le Pakistan de fabriquer de la fausse monnaie. Mais cette fois, les indiens détiennent des preuves. Plusieurs saisies de faux-billets indiens ont été récemment effectuées et le papier utilisée pour ces roupies indiennes est exactement le même que celui utilisé par le Pakistan pour imprimer sa monnaie. 

 

L'Inde est membre du GAFI mais le Pakistan ne l'est pas.

 

Les relations indo-pakistanaises vont plutôt mal depuis les tristement célèbres attentats de novembre 2008 organisés depuis le Pakistan.

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Actualité et société
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 15:36

Le gouvernement vient de limoger le ministre des télécoms pour ne pas avoir respecté les règles lors de l’attribution des licences 2G. Une tête de plus tombe et là le gouvernement, après avoir tergiversé, a finalement éliminé le représentant d’un des partis de la coalition.

 

En Inde, la corruption est une donnée très présente.

 

Le Chief Minister du Karnataka vient de faire sensation. Interrogé à propos du Chief Minister du Maharashtra (renvoyé pour avoir alloué des appartements de l’Etat à des membres de sa famille), son collègue du Karnakata s’est emporté : « Je vais vous parler franchement, oui j’ai fait la même chose, car c’est la traRatan_Tata_300.jpgdition suivie par tous mes prédécesseurs. Oui j’ai donné des terrains à des membres de ma famille ou à des proches qui voulaient monter des entreprises car c’est essentiel pour l’économie ».

 

Mais les déclarations qui ont retenu l’attention sont les toutes récentes révélations de Sir Ratan Tata ; en effet en 1995, Tata avait envisagé une alliance avec Singapore Airlines ce qui aurait été une bonne occasion pour Tata de revenir dans le secteur aéronautique dans lequel J.R.D. Tata (celui qui est né en France, français donc et fils de Suzane Brière et qui reçut son baptême de l’air par Louis Blériot et qui fonda ensuite Tata Airlines). Sir Ratan Tata a révélé qu’à  l’époque on lui avait fait comprendre qu’il fallait payer 15 crores (environ 4 Millions d’euros) au Ministère de l’aviation. Et bien sûr, Ratan Tata a refusé de verser quoi que ce soit.

 

Inde, pays des extrêmes…

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Actualité et société
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 11:06

a-throw-of-dice.jpgPrapancha Pash, film muet de 1929 réalisté par Franz Osten de nationalité allemande. 74 minutes. Avec Himmanshu Rai (Sohan), Charu Roy (Ranjit) et Seeta Davi (Sunita).

 

Le film est basé sur un épisode de l'épopée indienne du Mahabharata et pourrait s'apparenter à un conte de fée pour adultes car le spectateur ne découvre dans ce film que l'Inde des maharajas avec des chasses au tigre, des promenades à dos d'éléphant et de nobles sentiments dans de somptueux paysages du Rajasthan !

 

Sunita, la fille d'un vieil ermite est courtisée par deux princes indiens rivaux, Sohat et Rajit, tous deux passionnés par le jeu. Sohat est déterminé à n'importe quel prix à se marier avec Sunita et à posséder le royaume de son rival. Tout se jouera sur une partie de dès qui sera truquée et on comprend que Ranjit tombera dans le piège.

 

Bien avant Bollywood, Franz Osten tourna en Inde cette extravagante production qui met en scène plus de 10 000 figurants, des troupeaux d'éléphants et un millier de chevaux.

 

Le film a été restauré en 2006 par le British Film Institute pour le 60ème anniversaire de l'indépendance de l'Inde et est ressorti en Dvd sous le titre A Throw of Dice.

 

 

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Films
commenter cet article

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02