Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La corruption

Vous risquez d’être confronté à la corruption lors des différentes démarches administratives, auprès du FRRO ou de la police, ce qui se traduit par le fait que vous l’on demandera de payer plus que le prix normal.

Indiquez comment cela s’est passé pour vous

Commentaire de Virginie

Presque un an en Inde, et jamais eu affaire à la corruption. C’est possible !

Commentaire de Léa

Très idéaliste, je me suis toujours haut et fort insurgée contre toute forme de corruption. Pourtant, l’Inde a bien remis en place mes petits principes d’Occidentale. Tout d’abord, lors de l’enregistrement de notre appartement aux autorités locales, nous avons du payer 5600 roupies alors qu’officiellement les charges s’élèvent à 5000 roupies. Devant mon air scandalisé, le broker me répond : « That’s India, that’s how it works here ! » Même chose au FRRO où il me faut  acheter un formulaire à 100 roupies au prix de  150 roupies. Je fais remarquer à la dame la différence de prix, elle me répond : « do you need your paper ? ». J’ai vraiment honte mais je n’ai vraiment pas eu le choix : j’ai participé à la corruption.

 Commentaire de Capucine C.

Nous avons payé 150Rs au lieu de 100 au FRRO, malgré des protestations polies – auxquelles on s’est entendues répondre « -you want your paper ? » - so you have to pay, en sous-entendu.

 

A la police, nous n’avons rien du payer mais avons une amie qui a paye 300 Rs pour obtenir le tampon – les policiers réclamaient 500Rs. Dans tous les cas, faites vous accompagner par votre broker.

 

Commentaire de Capucine et Valentine

Jusqu’ici, nous n’avons pas eu personnellement de problèmes de corruption.

 

Commentaire de Marc, Athéna, Fabien et Alix

Nous avons fait les démarches accompagnés de notre broker, très utile et efficace sur ce point la, et n’avons eu aucun problème de ce genre !

 

Commentaire de Mathilde

 

J’ai eu droit pour ma part à de la corruption « à domicile ». Un employé de notre fournisseur d’électricité est venu un jour sonner à la porte et nous menacer de couper l’électricité à cause de facture impayée (nous avions effectivement un peu de retard dans le paiement) . J’étais seule avec Anju, notre maid ce jour-là, qui m’a gentiment expliqué que l’employé ne repartirait pas sans « pocket money »  et mettrait sa menace à exécution. Je lui ait donc donné la somme qu’il réclamait (très peu, mais c’est suffisant pour s’appeler de la corruption) car j’estimais l’électricité plutôt utile dans l’appartement.

Ceci dit c’est la seule fois où j’ai du mettre la main à la poche, en dehors de ça, la corruption ne vous pourrira pas la vie quotidienne. Mais il est intéressant de noter, sans que cela ne justifie la pratique, que certains fonctionnaires acceptent des pots-de-vin car leur salaire est dérisoire,

 

 

 

Le contact avec les indiens

Dites comment se passe la relation avec les indiens ; sont-ils curieux, sympas ? Quelles sont les questions qui vous sont le plus fréquemment posées ? Indiquez ce qui semble être les principales caractéristiques de la culture indienne (famille, travail, religion… Quels sont les points auxquels il faut faire attention.

 

Commentaire de Virginie

Questions les plus fréquemment posées : Es-tu mariée ? Ta famille ne te manque pas trop ?

 Importance de la famille : Ne jamais dire que la famille ne te manque « pas tant que ça ». On passe pour un monstre, c’est inconcevable pour eux. Ils ont des relations très fusionnelles avec leur famille. Au moins physiquement. J’entends qu’ils habitent tous ensemble, qu’ils se voient tous les jours… Mais ce n’est pas pour cela qu’ils sont plus proches que moi de ma famille. En effet, beaucoup de mes amis indiens discutent peu avec leurs parents, les respectent/craignent.

J’ai aussi constaté combien la politique de l’autruche était prégnante dans les familles de mes amis. En effet, les Indiens ne sont pas souvent autorisés à sortir. Et quand ils le font, ils disent qu’ils passent la nuit chez des amis. Les parents savent très bien qu’ils sortiront, mais le savoir officiellement reviendrait à le cautionner, ce qui hors de question…

Prépondérance de la religion : Partout, tout le temps, toutes générations confondues. L’Inde est un pays très spirituel, et c’est avec une grande tristesse que les Indiens nous regardent quand on leur dit qu’on ne croit en rien du tout… 

Relations avec les Indiens : J’ai eu la chance d’effectuer un semestre universitaire en Inde avant de débarquer et travailler à Bombay. Ainsi, j’avais déjà des amis en arrivant ; car il est difficile de se faire des amis en dehors d’un cadre scolaire. En effet, on constate rapidement que beaucoup d’Indiens sont intéressés dans leurs relations avec les Occidentaux : argent, prestige de sortir avec des Blancs, relation au sexe plus légère des femmes blanches (beaucoup de femmes indiennes attendent le mariage, et c’est encore très vrai dans les dernières générations). Du coup, mon expérience en tant qu’étudiante en Inde, avec des Indiens du même milieu social, efface ces préoccupations d’argent et permettent de construire une véritable relation d’amitié, d’égal à égal.

C’est donc dommage à constater, mais on ne peut côtoyer que des Indiens de milieux aisés, qui nous considèrent autrement que comme un portefeuille.

  Commentaire de Capucine C.

Tout dépend du lieu dans lequel vous êtes. A St Xavier’s College, tous les étudiants ont été très gentils avec nous, très prévenants et toujours prêts a nous aider, a nous donner des renseignements, nous prévenir lorsque les professeurs ne sont pas la… nous avons rencontre beaucoup de francophiles a St Xavier’s avec qui le courant passe très bien.

 

Néanmoins, les relations que l’on entretient avec les Indiens peuvent être rendues un peu particulières de par leur environnement familial. La plupart de ceux qui étudient avec nous paraissent beaucoup plus jeunes, physiquement ou même dans le comportement. Beaucoup vivent chez leurs parents, et les filles sont très surprotégées. La famille est un élément essentiel pour les Indiens, et beaucoup de familles restent « traditionnelles », même dans un milieu d’élites comme a St Xavier’s. En d’autres termes, vos amis indiens n’auront peut être pas le droit de sortir tard le soir, surtout pour une fille, ou de dormir hors de la maison. Ils n’ont pas forcement de « vie étudiante » comme on peut l’entendre en France.

 

A St Xavier’s, tous sont très ouverts, et un certain nombre d’entre eux connait bien la France ou l’Europe pour y avoir déjà séjourné. C’est souvent avec eux que nous lions des amitiés, inconsciemment, et c’est aussi avec eux que nous pouvons poser des questions sur leur propre pays et leurs traditions, puisqu’ils ont un certain recul quand a la culture indienne.

 

En général, les Indiens que nous avons rencontre sont toujours prêts à nous aider (dans la rue par exemple) ou a nous conseiller. Ils nous demandent le plus souvent quelle est la raison de notre venue en Inde – la réponse peut les rendre hilares, pourquoi nous avons choisi l’Inde, ce que l’on étudie a l’université, etc.

 

Commentaire de Marc

Ayant fréquenté certains indiens, je ne pense pas que l’on puisse décrire un indien « type ». Je pense que le plus important dépendra du milieu dont viendra la personne. Cela peut varier selon le niveau de vie de la personne, sa religion, sa région d’origine… Ainsi certains indiens auront un rapport à la famille et à la religion très prononcé tandis que d’autres ne prêtent pas attention aux traditions et croyances indiennes.

Ce qui m’a le plus marqué chez les indiens est leur vision du monde occidental (le plus souvent déformée) et les questions parfois étonnantes de certains indiens à propos des coutumes, des habitudes et surtout de la relation homme-femme chez les occidentaux.

Je pense que beaucoup d’indiens (mais pas la majorité) ont une manière de vivre et de penser très traditionaliste voire conservatrice et il faudra faire attention à ne pas aborder certains sujets pouvant offenser  la personne.

 

 

Commentaire de Capucine et Valentine

Nous avons été très bien accueilli par les élevés indiens de notre université. Etant les premiers exchange-students dans notre université, nous avons suscité beaucoup de curiosité. Ils viennent très facilement vers nous mais il faut néanmoins un peu de temps afin de former une vrai amitié. Le mot « amitié » est très important pour eux et une fois qu’une vrai amitié est acquise, ils feront tout ce qui leur est possible pour nous aider et pour que tout se passe au mieux. Nos amis indiens sont aussi très protecteurs et font très attention à nous.

On nous pose régulièrement la question : « combien payez vous votre loyer ? ». Le sujet de l’argent est très facilement abordé par les indiens mais nous l’évitons un maximum.

 

Commentaire de Marc, Athéna, Fabien et Alix

Les indiens… sont vraiment tous différents ! Dans notre immeuble, ils ne sont pas méchants, mais pas très francs non plus, absolument pas curieux, on ne les voit jamais ! Dans la rue, il y a de tout, ceux qui veulent t’aider quand tu as l’air perdu (rares tout de même), beaucoup qui te regardent de travers ou fixement quand tu es une fille… En revanche, la nouvelle génération, par exemple dans notre université, est vraiment sympa, disponible, et ouverte ! Les questions les plus fréquentes sont « where do you come from ? » « How do you like Mumbai ? » « Where do you stay ? »… La plupart des gens pensent que Mumbai ne plait pas forcément aux blancs.

La culture indienne, et bien on la sent! Même pour les jeunes, la famille reste très très importante, le mariage est encore très traditionnel (choix par les parents), et le sexe, c’est encore plus tabou ici ! En ce qui concerne la religion, c’est simple : si tu ne crois pas en un dieu (quelconque), ils te prennent pour un fou. Ce n’est vraiment pas normal pour eux, et à n’importe quel âge ! Alors mieux vaut mentir de temps en temps… En tant que fille, il faut faire attention dans la rue quand même, en général, le risque s’arrête aux regards et quelques phrases que de toutes façons on ne comprend pas, mais certains quartiers sont quand même déconseillés, surtout pour une fille seule...

 

Commentaire de Mathilde

 

J’étais également à St Xavier et malgré une ambiance de classe assez sympa, je n’ai pas lié d’amitié profonde, car le rythme de vie n’était pas du tout le même, et les différences de maturité assez grandes, conséquences directes du système de tradition familiale. Ceci dit, jusqu’à la fin de l’année scolaire, de parfaits inconnus venaient nous aborder dans la cour de l’université simplement pour nous parler et en apprendre davantage sur l’Europe.

Les Indiens, à Bombay comme dans la campagne la plus reculée, sont toujours prêt à aider et à accueillir. Ceci est peut-être motivé par notre couleur de peau, mais c’est aussi une population où le lien social ne s’est pas détendu, par exemple les gens dans les trains discutent, chantent, plaisantent. La vie sociale est totalement différente de la France.

 

La nourriture

Vos commentaires sur la nourriture, les épices…

  Commentaire de Capucine C.

La nourriture indienne est un ensemble de dizaines de cuisines différentes, puisque chaque région a ses propres spécialités, ses ingrédients de prédilection ; chaque religion a ses interdits…

 

Personnellement, je craignais beaucoup les plats trop épicés mais finalement, je me suis très bien adaptée puisqu’au bout de deux mois, je peux manger presque n’importe quel plat au restaurant sans pester contre les piments qui s’y trouvent. Vous ne résisterez sans doute pas à cette cuisine si parfumée et si variée – chacun y trouve son compte.

 

Pour déjeuner à l’extérieur, on trouve de quoi se restaurer partout et pour tous les budgets. Dans un premier temps (et même par la suite, restez sur vos gardes), évitez absolument tout ce qui est servi dans la rue et les petites cantines certes plus que bon marché mais où l’hygiène est visiblement déplorable. Un déjeuner dans un restaurant sans prétention ne devrait pas coûter beaucoup plus de 100Rs, un thali dans un restaurant spécialisé (où l’on vous ressert à volonté) coûte dans les 150-200Rs et c’est souvent un magnifique spectacle pour les yeux et les papilles. Cependant, j’ai été souvent déçue par les restaurants de « catégorie moyenne » (dans les 300-500Rs le dîner), car on paye plus souvent pour le cadre que pour la nourriture qui n’a souvent rien d’extraordinaire par rapport aux restaurants meilleur marché.

 

Pour cuisiner soi-même, la tâche peut s’avérer plus complexe même si l’on peut trouver presque tout avec un peu de persévérance. De petits vendeurs de fruits et légumes sont installés à tous les coins de rue et pratiquent des tarifs dérisoires (veillez à toujours bien les laver avec de l’eau purifiée). On trouve plus rarement de la viande, sachant que la viande ou le poisson surgelés ne sont pas forcément une bonne option (nombreuses coupures d’électricité).

 

De même, oubliez quelque peu vos désirs de salade verte, de fromage (on en trouve digne de ce nom, mais au prix de l’importation), de pain frais, de charcuterie… Sinon, on trouve vraiment presque tout et le budget nourriture est moindre qu’en France.

 

Commentaire de Marc

Concernant la gastronomie indienne, j’ai été agréablement surpris par sa variété. La principale caractéristique des plats indiens servis dans le restaurant moyen est qu’il sont cuisinés de façon très grasse et souvent très épicés. Aussi il faudra s’habituer à manger avec les mains car c’est la coutume chez la plupart des indiens et les restaurants ne fournissent pas toujours de couverts. Le grand avantage de Bombay est que l’on peut déguster la gastronomie de l’ensemble des régions indiennes.

Les restaurants végétariens sont aussi très nombreux dans la ville. Le seul point faible de cette gastronomie étant l’absence totale de plats à base de bœuf.

 

 

Commentaire de Capucine et Valentine

Bombay offre une multitude de restaurants, des cuisines et pour tout budgets. Si vous ne pouvez pas manger épicés, n’oubliez pas de préciser « no spice at all ». Il nous revient quasiment moins cher de manger dans des petits restaurants bon rapport qualité prix, que de faire à manger chez soit.

Néanmoins, il faut savoir que la nourriture indienne est très huileuse et que nous apprécions énormément nous faire des petites salades à la maison.

Les légumes, œufs, poulets, fruits sont peu chers.

 

Commentaire de Soazic

Evitez de manger trop épicé, surtout au début. Moi j’adore la nourriture indienne, mais si cela est trop épicé vous ne pouvez pas en profiter vraiment. N’hésitez pas à répéter plusieurs fois au restaurant, dans la rue NO SPICY. Et sachez que medium spicy pour eux signifie très épicé pour nous, croyez en mon expérience.

Apres l’adaptation à la nourriture indienne dépend de chacun, moi j’ai adoré, vous avez pleins de choses à découvrir. Mon plat favoris : Chicken Biryani avec des cheese and garlic naan.

 

 

Commentaire de Marc, Athéna, Fabien et Alix

Étonnamment, aucun de nous quatre n’a été vraiment malade depuis le début ! On arrive à se débrouiller pour trouver de la nourriture basique d’étudiants, et aussi beaucoup de fruits et légumes (tous les 100 mètres dans la rue). En revanche pour la viande, ce n’est pas évident, les nuggets ca se trouve, mais tout ce qui est viande rouge ou poisson nécessite un peu plus d’efforts de recherche !

 

Commentaire de Mathilde

 

Une année complète n’est pas suffisante pour goûter à toutes les saveurs indiennes, alors il faut s’y mettre assez rapidement, en gardant en tête que les gargotes de bord de route seront pour un peu plus tard, quand votre estomac sera prêt !

En voyage, n’hésitez pas à demander la spécialité locale et sa composition. De toute manière, avant d’avoir à le demander, vos voisins de compartiment de train en Inde vous auront déjà fait gouter leur copieux repas, attention aux piments !

Partager cette page

Repost 0
Published by

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02