24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 10:36

Vendredi soir, nous arrivons de nuit à Udaipur. Nous voyageons en groupe puisque ce déplacement est professionnel et les voitures nous déposent près d'un petit embarcadère ! Pour rejoindre notre hôtel, nos hôtes ont prévu une petite embarcation qui nous fait traverser le lac de nuit ! Le caractère romantique de cette escapade nocturne ne vous échappera pas, d'autant qu'Udaipur est surnommée la Venise du Rajasthan !

Mais un voyage en petit groupe ne permet pas de réchauffer les coeurs et de plus il fait presque froid, frisquet pour le moins. Ce qui nous fait immédiatement dire qu’au lieu de penser à emmener nos maillots de bain nous aurions mieux fait de penser à prendre nos laines ! Comme quoi un séjour prolongé à Bombay nous fait oublier le basique de la géographie…

Me remémorant je ne sais plus quel conte médiéval, je me sépare de ma veste (je suis en costume !) dont je couvre les épaules d’Olivia, le tout dans un geste galant destiné à susciter l’admiration des saris qui nous accompagnent dans ce voyage. Comme quoi même les chevaliers les plus ardents ne sont pas insensibles aux marques de reconnaissance !

Mais venons-en à la suite de cette histoire dont déjà le titre peut vous faire comprendre toute la difficulté que j’ai ce soir à la raconter par écrit !

Le Sherlock Holmes qui sommeille en vous a déjà deviné, ou plutôt, déduit de cette longue introduction, que mes lunettes, à cet instant précis, sont dans la poche supérieure de ma veste…

Olivia, avant de quitter le petit bateau (car pendant cette longue introduction le bateau a fini par atteindre sa destination) prend la veste sous son bras. Nous sommes accueillis par des hôtesses qui nous parent du traditionnel collier de fleurs et nous mènent dans nos chambres respectives.

Arrivé dans la chambre, je constate que les lunettes ne sont plus là où elles auraient du être ! Vous imaginez mon grand embarras à l’idée d’être privé de cet accessoire sans lequel je ne puis ni écrire ni lire, sauf à imaginer de passer à une police de caractère 20 !

Je déclenche auprès de l’hôtel le plan ORSEC, sans grand espoir d’ailleurs. Orsec sonne à la chambre dix minutes après et me rapporte une paire de lunettes trouvée dans le bateau ! L’identification est  rapide encore que je ne peux mettre les lunettes pour regarder les lunettes ! Non, ce sont bien elles ! Sauf que… Sauf que si les verres sont intacts (c’est quand même l’essentiel), l’une des branches a été écrasée, sans doute par un pas indien. On aurait pensé que les indiens eussent pu marcher d’un pas de sioux, mais sans avoir besoin de relever les empreintes, force fut de constater que les lunettes souffraient d’une grave entorse avec déplacement des ligaments !

La branche droite des lunettes avait été déformée et ne tenait plus qu’en faisant  un grand angle maintenu ouvert par un ressort. Je ne sais si je suis clair mais pour bien comprendre le résultat de cette distorsion caractérisée, cela veut dire que lorsque je mets mes lunettes, la branche droite exerce une pression vers l’oreille, écartant celle-ci. Durant la longue réunion de ce matin, cela était comique, car mes interlocuteurs devaient voir mon oreille droite bouger, s’écarter. Peut-être ont-ils pensé que je disposais de muscles secrets capables d’actionner mon oreille droite, comme le font si bien les éléphants de ce pays ! Je trouvais cependant la parade en imitant le penseur de Rodin, ma main droite plaquée sur mon oreille droite pour la maintenir collée contre ma tête !   

Comme quoi même la plus grande des douceurs féminines ne saurait infléchir les lois de la gravité !

 

Partager cet article

Published by Olivia et Geoffroy - dans Vie quotidienne
commenter cet article

commentaires

Fanette 24/01/2010


Formidable Geoffroy ! tu écris si bien, que la moindre petite aventure (pardon !) devient un sujet captivant et poilant !!


France 24/01/2010


Nous avons nous aussi beaucoup de plaisir à lire, à sourire et à rire en lisant la narration de certains moments de votre vie indienne. Merci.


nicolas 25/03/2010


histoire sympathique et fort bien racontée
bravo
si tous les écrivains qui publient avaient votre style, la littérature françoise n'en serait pas là.
cordialement
NC


Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog