Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 10:55

aventuriers.jpgVoilà un livre intéressant publié en 1998 (sous la direction de Rose Vincent) par les Editions Kailash.

L'introduction de ce livre rappelle que l'Inde, au XVIII° siècle a failli être française, ce qui est pour nous une conviction. On ne le dira jamais assez, mais si nous sommes fascinés par tous ces français qui ont eu un destin en Inde, ce n'est pas tellement parce qu'ils sont français, mais bien parce que l'Inde aurait pu être, en partie au moins, française, essentiellement grâce à Dupleix, un homme de génie, dont les plans ont été anéantis par le plus bête des ministres de Louis XV, selon la formule désormais passée à la postérité.

Et au-delà, il existe, à notre humble avis, de profondes empathies ou connections entre l'Inde et la France !


Et c’est de tout cela dont nous parle ce livre.

Le premier chapitre est consacré aux  aventuriers français. Si nous avons consacré plusieurs articles à ces aventuriers français dans notre blog, ce livre en évoque beaucoup d'autres, souvent moins connus. On peut mentionner celui qui aurait été le premier d'entre eux, Pierre Malherbe. Celui-ci aurait convaincu Henri IV de fonder une compagnie commerciale en 1609 et il aurait été le premier français à faire le tour du monde ! Malherbe passa quelques années au service de l'empereur Moghol Abkar auquel il expliqua, en persan, le dogme catholique. Henri IV semblait convaincu qu'il fallait commercer avec l'Inde mais Sully, absorbé par les guerres avec l'Europe, s'y opposa.

Un bordelais, Augustin Hiriart, suivit sa trace et lui succéda à la cour des Grands Moghols (Jahangir avait alors succédé à Akbar) mais ne réussit pas non plus à attirer la France en Inde. En 1612, Augustin convertit deux jeunes hindoues au catholicisme et en épouse une. Cet Augustin, joailler de son état, brilla surtout en Inde par ses capacités d'ingénieur qui trouvèrent des applications militaires.
Il faudra attendre Colbert pour voir la création de la Compagnie des Indes Orientales

Ce chapitre évoque aussi Tavernier (1605 - 1689) et François Bernier (1620 - 1688) sur lesquels nous avons déjà écrit. A propos de Tavernier le livre évoque une coutume des marchands indiens ; Tavernier avait en effet observé que les marchands de diamants, qu'ils soient hindous ou musulmans, concluaient entre eux des transactions dans le plus grand silence, sans une seule parole. La négociation du prix se faisait par simple pression de la main de l'acheteur sur celle du vendeur, une pression de la main signifiant mille roupies, des cinq doigts 500, d'un seul doigt 100. Ce qui permettait de ne pas dévoiler aux autres marchands le prix négocié ! Est-ce pour cela qu'il ne faut pas prendre de gants pour négocier en Inde ?

Le deuxième chapitre évoque la Compagnie des Indes et les compagnies commerciales fondées par les européens au XVII° siècle. On voit hélas que les français perdirent des occasions à cause de querelles entre différentes villes dont Rouen et Saint-Malo acharnées dans la défense de leur autonomie commerciale.

Le troisième chapitre est consacré à Pondichéry (nous écrirons un jour sur ce thème que nous n'avons abordé qu'avec Dupleix, mais nous attendons d'y aller !)

Les quatrième et cinquième chapitre nous raconte les tentatives des missionnaires, à commencer par Saint François-Xavier au début du XVI° siècle à Goa. 

Le chapitre intitulé "les derniers efforts français" est consacrée à ces français qui se mirent au service des princes indiens, dont René Madec, Benoît de Boigne. On y évoque bien sûr Victor Jacquemont, Jean-François Allard, noms qui sont familiers à nos lecteurs puisque nous avons écrit sur ces personnalités remarquables.

Un chapitre est consacré aux liens dans le domaine des sciences avec bien sûr Anquetil-Duperron qui débarqua à Pondichéry en 1755 à 23 ans.

Le huitième chapitre, "L'Inde retrouvée" traite de la place de l'Inde dans l'orientalisme français, ou dit autrement de la représentation que la France se faisait de l'Inde. Voltaire, Diderot, Montesquieu ont évoqué l'Inde, mais sans aller beaucoup plus loin. Si le sanskrit fait son apparition en France vers 1803 triomphe-Alexandre-Gustave-Moreau.jpget le Collège de France crée une chaire d'indianisme en 1815, il faudra attendre le grand indianiste Eugène Burnouf (1801 - 1852) pour avancer dans ce domaine.

Curieusement l'Inde fut assez ignorée par la peinture française romantique. Certes Delacroix intégra quelques éléments indiens dans sa "Mort de Sardanapale", Gustave Moreau fut influencé par les miniatures mogholes (en photo, le tableau le triomphe d'Alexandre le Grand, Porus) et Odilon Redon puisa dans le bouddhisme son inspiration symboliste, mais l'Orient de cette génération était situé en Algérie ou en Egypte !

On a souvent reproché aux indianistes d'étudier l'Inde sans l'aimer mais on pourrait dire des artistes et auteurs du XIX° siècle qu'ils ont aimé l'Inde sans l'étudier ! C'est vraiment le cas des grands Romantiques, belles machines à fabriquer des images fantastiques, des émotions et du rêve, comme le furent Victor Hugo, Chateaubriand, Lamartine, Théophile Gauthier et Gérard de Nerval. La belle formule de Gobineau pourrait leur être appliquée : "ils ont besoin d'un monde qu'on ne voit pas!".  L'Inde semble avoir davantage inspiré les romanciers que les poètes et on peut citer Judith Gauthier (la fille de Théophile) avec "L'Inde éblouie" qui fut un best-seller dans les années 1850. Il faut aussi mentionner "La maison à vapeur; voyage dans l'Inde septentrionale" de Jules Verne.

800px-Romain_Rolland_and_Gandhi.jpgLe dernier chapitre est très intéressant et parle de la relation entre la France et l'Inde au XX° siècle avec notamment la création du Comité Franco-indien en avril 1914 dont le Président d’honneur était Pierre Loti (on se souvient de son livre au titre sympathique : "l'Inde sans les Anglais"). Est évoqué aussi Gandhi dont Romain Rolland sut si bien comprendre son action (photo). Et on se souvient aussi que Romain Rolland fut très lié à Rabindranath Tagore (Prix Nobel de Littérature en 1913). Romain Rolland et Tagore furent de grands défenseurs de la paix et de la liberté. « L'offrande lyrique » de Tagore, traduite par Gide, eut un immense succès en France ce qui valut à Tagore d'être invité dans les salons parisiens et de rencontrer la comtesse de Noailles et Paul Valéry.

Plus tard, lorsque l'Inde fut devenue indépendante, ce furent les relations étonnantes entre Malraux et Nehru.


Vous l’avez compris, ce livre offre à ceux qui s’intéressent à l’Inde une très bonne synthèse des relations entre la France et l’Inde.

Partager cet article

commentaires

Djoh 31/01/2010


Dans un registre assez proche, le musee de la Compagnie des Indes a Port Louis, pres de Lorient, retrace l'histoire de ces grands explorateurs francais, et expose leurs trouvailles les plus
originales.
Je vous le conseille fortement, si vous en avez l'occasion !


Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02