Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 07:22

appel_18-juin.jpgNous avons déjà évoqué dans ce blog la figure du Gouverneur Bonvin. Gouverneur des Etablissements Français des Indes en 1940, cet homme va réagir rapidement à l'Appel du 18 juin. Retour sur cet épisode de notre histoire.

 

Le 20 juin, le gouverneur Bonvin, gouverneur des établissements français de l'Inde télégraphiait au Ministère des Colonies du gouvernement de Bordeaux déjà défaillant : "Population européenne et locale Inde française unanime demande continuation lutte en collaboration étroite avec Empire Britannique. Est prête tous sacrifices.
Signé : Bonvin"

 

Le 24 juin, le consul général de Sa Majesté transmettait les félicitations de S.E. le vice-roi des Indes au gouverneur Bonvin pour sa décision de continuer la lutte aux côtés de l'Angleterre.

Malgré les menaces du ministre des Colonies de Vichy, le gouverneur Bonvin lance, le 27 juin,  la proclamation suivante dans nos établissements :

 

Appel à la population

« La France accablée par le nombre et le manque de matériel a signé l'armistice. Tout n'est pas perdu. Gardons notre confiance, l'Empire français est intact et restera aux côtés de l'Empire britannique jusqu'à la victoire finale.

« Le gouverneur fait appel au patriotisme de la population pour garder, dans les circonstances actuelles, tout son calme et toute sa dignité. Nous vaincrons ! Vive la France ! Vive la Grande-Bretagne! »

 

Le même jour, le gouverneur Bonvin confirme au Consul général britannique à Pondichéry, sa résolution de poursuivre la lutte :  « tant que je serai à la tête des établissements français de l'Inde, les autorités civiles et militaires se rangeront côte à côte avec les autorités britanniques pour continuer la lutte commune la main dans la main jusqu'à la victoire finale ».

 

Le 29 juin 1940, le gouverneur des établissements français dans l'Inde envoie l'administrateur des colonies P. Vuillaume prendre contact direct avec le Consul général britannique (car il n'y a pas de T.S.F. à Pondichéry et qu’il est impossible de communiquer directement avec Londres). À la suite de l'entrevue de l'administrateur Vuillaume avec le colonel Schomberg, consul général britannique, il est décidé que le gouverneur de l'Inde britannique va se mettre en rapport avec Londres.

 

Le 5 juillet 1940, Lord Linligthgow, vice-roi des Indes, remercie par télégramme personnel le gouverneur L. Bonvin pour sa décision rapide de continuer la lutte aux côtés des Alliés.

 

Le 12 juillet 1940, par l'intermédiaire du consul général britannique, un message télégraphique du général de Gaulle est adressé au Gouverneur Bonvin. C’est le premier message de Gaulle aux français de l’Inde :

 « Je vous félicite de la fermeté et de l'esprit patriotique des mesures que vous avez prises. Je vous demande de vous joindre à moi de quelque façon que vous croiriez utile, pour contribuer à la continuation de la guerre, en France et dans l'empire. »

 

Le gouverneur Bonvin répond le 13 juillet 1940 par l'intermédiaire du consul général britannique, en le priant de faire transmettre le message suivant :

«Vous pouvez assurer le général de Gaulle et le comité national français de Londres que nous sommes de tout coeur avec eux. Nous serons toujours heureux de rester en communication avec eux et de collaborer, dans la mesure où cela nous sera possible, à leur action pour empêcher l'asservissement de la France et obtenir la victoire finale. »

 

Le 14-Juillet 1940, une brève cérémonie a lieu devant le Monument aux morts. Tous les Français ressentent en ce jour les malheurs de la patrie encore plus sensiblement. Le gouverneur, dans une courte allocution, nous convie à continuer à servir en faisant notre devoir de Français.

 

Les jours passent sans autres nouvelles de Delhi ni de Londres ; pas de poste de T.S.F., pas de câble pour communiquer directement avec Londres et le général de Gaulle. Le gouverneur général britannique à Delhi veut savoir si son gouvernement à Londres a reconnu le général de Gaulle et son comité comme un organe de contrôle officiel sur les colonies françaises. Nous vivons dans une incertitude qui provoque certains doutes dans les esprits, et particulièrement chez certains Français dont le désintéressement n'est pas la vertu dominante.

 

Le 2 août 1940, le vice-roi des Indes a une entrevue avec le gouverneur Bonvin à 0otacamund (Inde du Sud). L'administrateur P. Vuillaume et l'administrateur-adjoint Brutinel accompagnent le gouverneur de l'Inde française. Lord Linlihthgow donne l'assurance que dès qu'il aura une réponse favorable de la part de son gouvernement à Londres il mettra les Français en rapport direct avec le général de Gaulle et son comité

 

A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02