Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 14:00

Considéré comme le père du programme nucléaire indien, Homi Bhabha fut d’abord un grand scientifique.

Il fait partie de ces grands scientifiques indiens qui ont marqué les sciences et l’Inde. Il affirmera très tôt sa vocation pour les sciences physiques (voir plus loin la lettre qu’il écrivit à son père à 19 ans) et jouera un rôle de premier plan dans l’accession de l’Inde au nucléaire dont il défendra l’usage civil.

Il mourut en 1966 dans une catastrophe aérienne.

L’évocation de la vie de ce physicien est aussi une manière de comprendre dans quel contexte l’Inde optera très tôt pour le nucléaire.




Homi Bhabha appartient à une famille parsie aisée apparentée à  Dinshaw Maneckji Petit, à Muhammad Ali Jinnah (le fondateur du Pakistan) et à Dorab Tata. 


Dinshaw Maneckji Petit (1823 – 1901) est un grand nom dans l’industrie textile indienne et aussi dans la communauté parsie. Pour la petite histoire, la présence du mot Petit dans son nom vient du  début du XVIII° et de son arrière-grand-père qui travaillait comme interprète pour les anglais et qui fut surnommé par des marchands français le petit parsi ! Comme quoi il faut se méfier des surnoms car certains finissent par rester !


Il fait ses études à Bombay, puis ses études supérieures à l’Université de Cambridge, puis travailla sous la direction d’un grand physicien britannique, Paul Dirac qui reçut le Prix Nobel de Physique en 1933.

En septembre 1939, lorsque la seconde Guerre Mondiale éclate, Homi Bhabha est en vacances en Inde. Il décide alors d’y rester et rejoint l’Institut des Sciences de Bangalore (créé par la famille Tata) dirigé alors par le fameux C.V.Raman, lauréat du Prix Nobel de Physique en 1930. Il fait alors des recherches sur le mouvement des particules.


En 1945 il créé le Tata Institute of Fundamental  Research et la Atomic Energy Commission of India. Il occupera divers fonctions officielles au sein du  gouvernement, comme conseiller scientifique, et participera à de nombreuses conférences scientifiques internationales.


Homi Bhabha bénéficiait de l’appui politique de J. Nehru et de l’appui financier de la famille
Tata. L’idée de Bhabha était de faire de l’Inde une puissance nucléaire, et pour cela il fallait créer une école de physique du plus haut niveau international, ce qui nécessitait également la création d’une école mathématique performante.

 

En 1947, l’Inde se présente, par la voix de Nehru, comme un État pacifique, affirmant que tout conflit peut trouver une solution diplomatique, et fondamentalement opposée à la nucléarisation du monde. Au sein de la toute nouvelle Assemblée des Nations Unies, elle demande non seulement la fin des essais nucléaires mais la dénucléarisation totale, c'est-à-dire la destruction des stocks de bombes existants et détenus alors seulement par les deux grandes puissances de l’époque, les USA et l’URSS.


Nehru commanda même une étude sur les effets de la bombe sur les populations affectées par les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki. Publiée en 1958 sous le titre Nuclear Explosions cette étude marqua profondément et durablement les esprits dans le monde entier. Bhabha lui-même a contribué à cette étude.


Jusque là, il n’y a pas de problème moral. Bhabha avait convaincu Nehru que l’Inde pouvait, en une génération, « passer de l’énergie de la bouse de vache à l’énergie atomique».

Toutefois, pour aussi civile que fût cette recherche nucléaire, il faut remarquer que dès la création de l’Atomic Research Commission, des règles très strictes furent imposées pour limiter la communication d’informations sur l’état des recherches. Cela ne pouvait que donner à penser que derrière cette façade de recherche civile se cachait un programme de recherche pour partie militaire.

A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fanette 06/12/2009 17:30


Passionnant ! merci Olivia et Geoffroy !


Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02