Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 09:39

L'homme de confiance des chefs mahrattes et les évènements européens

Sindhia, le chef mahratte est devenu un homme puissant. Il détient le réel pouvoir politique en Inde. Ses ennemis sont nombreux et envient son pouvoir. Comme ils ne peuvent rivaliser sur le plan militaire, le chef mahratte doit faire face aux conspirations, aux intrigues et aux trahisons. Benoît de Boigne demeure fidèle à Sindhia et ce dernier en fait son homme de confiance.

Benoît se trouve alors diriger non seulement son jaghir mais également à présent toutes les affaires impériales du nord et du nord-ouest de l'Inde. Son autorité politique et morale est incontestée. Le ministre Gopal Rao, notamment, se rend à Algarth chez le général européen afin de démontrer sa loyauté à Sindhia, son frère étant connu pour comploter avec Nana Farnavis. Alors que les Indes sont fédérées politiquement sous l'autorité des Mahrattes, la situation politique en Europe subit de profonds changements.

La révolution française de 1789 a bouleversé l'équilibre européen et par ricochet les empires coloniaux. Le 12 novembre 1792, une assemblée savoyarde proclame l'union à la France, Benoît de Boigne devient français à part entière. Les brigades de l'armée mahratte organisées par Benoît sont commandées par des officiers européens divisés par la situation politique en Europe : les deux Français sont l'un, royaliste, l'autre, républicain. Dans ce contexte, Benoît de Boigne reste prudent et tente de préserver son armée de ces passions politiques.

Il s'inquiète davantage de la situation de Sindhia resté à Poona. Le chef mahratte lui demande de lui envoyer du secours car il doit lutter contre les intrigues anglaises, mais également contre celles orchestrées par d'Holkar et Nana Farnavis. Benoît lui expédie dix mille hommes avec à leur tête l'officier Perron.

La mort de Sindhia et la fin de l’épopée indienne


Perron ne peut arriver à temps et le 12 février 1794, Mahâdâjî Sindhia succombe dans une embuscade organisée par Nana Farnavis.

A la mort de Sindhia, de Boigne aurait pu s'emparer du pouvoir et devenir le maître de l'Hindoustan, du nord et du nord-ouest de l'Inde s'il l'avait voulu. Shah Alam, l’empereur Moghol, propose à Benoît de devenir le régent impérial. Le roi de Kaboul lui fit des propositions analogues. Cependant, le général savoyard reste loyal à Daulat Râo Sindhia, le neveu et successeur légitime de Sindhia. Benoît de Boigne se rend vite compte que la situation politique a changé. Son ambition de voir un jour les Indes fédérées et indépendantes des autres nations, ne pourrait jamais se réaliser. Le successeur de Sindhia est un homme faible et versatile. Les enjeux locaux sont également bouleversés par les événements européens.  En 1795, après vingt ans de séjour aux Indes, sa santé se dégradant, il demande à Daulat Râo l’autorisation de partir en France et l’obtient en échange de la promesse de revenir une fois sa santé rétablie. Ceci nous rappelle que le Général Allard, se sentant gagné par l’âge et voulant mettre femme et enfants en un lieu plus sûr, avait aussi obtenu la permission de Ranjit Singh de rentrer en France, à la condition toutefois de revenir.


Il abandonne son commandement, installe à sa place son homme de confiance Pierre Cuillier Perron et organise son départ pour l'Europe. À la fin de sa carrière aux Indes il est à la tête d'une armée de près de cent mille hommes organisée sur le modèle européen. La Confédération mahratte est ainsi le dernier Etat autochtone de l'Hindoustan à résister aux Anglais. En septembre 1796, le général savoyard quitte les Indes (il embarquera à Calcutta à bord du navire danois le « Cromberg »), accompagné de sa famille et de certains de ses serviteurs indigènes les plus fidèles. Avant son départ il vend sa garde personnelle aux Anglais avec l'accord de ses hommes pour un prix équivalent à 900 000 francs-or-germinal.


Nous arrêterons là notre long article sur le Général de Boigne même si son histoire ne s’arrête pas là. Lorsqu'il revient en Europe riche et célèbre, Benoît de Boigne se prend d'une folle passion pour la très jeune Adèle d'Osmond, qu'il épouse. Le couple va s'épuiser en affrontements douloureux qu'Adèle de Boigne dépeint plus tard dans des Mémoires devenus des classiques. Hanté par la nostalgie de ses rêves d'antan, il décidera de retourner dans sa Savoie natale.

Il fera de nombreuses donations au profit de Chambéry, sa ville natale, qui aujourd’hui encore honore l’un de ses plus prestigieux enfants.

En 1816, le roi Victor-Emmanuel Ier de Savoie lui décerne le titre de Comte.


Le Général Comte de Boigne meurt en 1831.


FIN 

 

Sources

-          Internet

-          Mémoire sur la carrière militaire et politique de Mr le Général Comte de Boigne, publié par la Société Royale Académique de Savoie, 1830

-          Jean-Marie Lafont : La présence française dans le royaume sikh du Penjab, 1822-1849

Partager cet article

Repost 0

commentaires

aliaz 27/12/2010 17:00


Bonjour, pour la suite voir ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Benoît_de_Boigne


Julien 02/07/2009 20:54

Très belle ennealogie !

J'attends la prochaine saga avec impatience !

Olivia et Geoffroy 04/07/2009 07:54



merci Julien. C'était sans doute un peu long mais à la mesure de ce destin assez exceptionnel.



Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02