Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 13:50

Sa résurrection politique, Indira Gandhi la doit en fin de compte à la désunion et à l’impéritie du gouvernement. Les élections législatives de 1980 lui assurent un triomphe politique surprenant par son ampleur. Son retour à la tête du gouvernement est assombri par un attentat dont elle est la cible en avril 1980 et par la mort de son fils préféré, Sanjay, disparu dans un accident d’avion.

 

Indira Gandhi entame son nouveau mandat avec circonspection, mais elle revient bientôt au style de gouvernement qui lui est propre, mêlant autoritarisme et pragmatisme au jour le jour. Elle contrecarre la propension indienne au régionalisme par une série de prérogatives étendues visant à conforter le pouvoir central.

 

Les élections régionales du Cachemire sont l’occasion de heurts violents entre Musulmans et Hindous ; au Penjab, enfin, les affrontements entre Sikhs et Hindous manquent de tourner à la guerre civile. En donnant la charge contre le Temple d’or d’Amritsar, sanctuaire des Sikhs, Indira Gandhi rétablit l’ordre. Lors de l’assaut, Sant Jarnail Singh Bhindranwale, leader extrémiste des Sikhs, trouve la mort avec quelque 250 partisans. A partir de 1980, Indira Gandhi mène une politique étrangère axée sur un non-alignement « pragmatique ». Au début des années 1980, elle multiplie les voyages à l’étranger. Après la mort de Sanjay, Indira Gandhi fait entrer son fils aîné Rajiv en politique dans l’intention d’asseoir le pouvoir de la dynastie de Nehru. Pourtant, ce pilote professionnel connu pour son intégrité, sa cordialité et un certain effacement ne se montre tout d’abord pas très intéressé par cette mission.

 

La question de la succession va se poser de manière plus aiguë et plus subite que prévu. Le 31 octobre 1984, dans les jardins attenants à son bureau, Indira Gandhi tombe sous les balles de deux Sikhs décidés à venger la mort de leur leader à Amritsar. En dépit des mises en garde, elle avait refusé d’éloigner les Sikhs de sa garde rapprochée. Sa mort va déclencher une vague de représailles sanglantes.

 

Rajiv Gandhi, intronisé nouveau Premier ministre le jour même de l’attentat, appelle à la réconciliation et ordonne l’intervention de l’armée. En présence de responsables politiques venus du monde entier, Indira Gandhi est solennellement incinérée ; ses cendres seront ensuite dispersées au-dessus de l’Himalaya.

 


Sanjay Gandhi


Sanjay, le fils cadet, aurait du succéder à Indira. Beau comme Nehru, il incarnait " l’Inde des jeunes ", la génération qui n’avait pas connu la domination britannique.  En 1977, le Parti du Congrès perd les élections et Sanjay est battu ; de plus il est arrêté par le nouveau gouvernement du Janata et effectue de nombreux séjours en prison. Mais le Parti du Congrès revient en force et Indira Gandhi retrouve le pouvoir en 1980, Sanjay étant alors élu député dans l’Uttar Pradesh. Il est écarté du gouvernement par sa mère mais il est influent auprès d'Indira Gandhi bien que ne disposant d'aucun mandat électif, il connaît une ascension politique fulgurante et joue un rôle controversé durant l'état d'urgence (1975-1977) dont il est un des instigateurs et au moment duquel il rédige lui-même la liste des chefs de l'opposition à arrêter.
Promu à la tête des Jeunesses du Parti, il leur fixe en 1976 un programme en 5 points : enseigner une personne, planter un arbre, abolir la dot, éliminer le système des castes et contrôler la natalité. Il s'implique ainsi personnellement dans le programme de planification familiale. Sa pensée politique est marquée par un anticommunisme affiché et il se montre un fervent partisan de l'entreprise privée et d'une libéralisation de l'économie.

 

Pour beaucoup il incarne l’avenir de la dynastie. Le 23 juin 1980, il meurt dans un accident d’avion (en pilotant son avion privé d’acrobatie Pitts), peut-être un meurtre maquillé, ce qui déstabilise fortement sa mère et ce qui marque l’entrée en scène de son frère aîné Rajiv Gandhi.

 

La veuve de Sanjay, Maneka Gandhi, mère de Varun Gandhi (aujourd’hui personnalité influente du BJB et défenseur nationaliste hindou), entre en conflit avec sa belle-mère et s’éloigne politiquement du Parti du Congrès en créant sa propre formation, proche du BJB, l’adversaire principal.

 

A SUIVRE

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02