Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 07:28

Le ton monte entre l’Inde et le Pakistan.

 

Le 6 janvier, l’Inde a rendu public son dossier de « preuves » sur l’implication pakistanaise dans les attentats du 26 novembre.

Les éléments de ce dossier sont constitués des équipements utilisés par les terroristes, y compris les armes, qui proviennent du Pakistan, de la déposition du seul terroriste capturé vivant et des enregistrements de plusieurs conversations téléphoniques entre les terroristes et leurs donneurs d’ordre situés quelque part au Pakistan.

 

La publication de ces « preuves » suscite beaucoup d’émoi en Inde comme on l’imagine ; le souvenir de ces attaques est encore très présent et surtout, le contenu de ces conversations téléphoniques confirme, si besoin était, la froide détermination des terroristes.

 

Quelques extraits de ces conversations :

 

Donneur d’ordre pakistanais : « n’éteignez pas votre téléphone portable, nous voulons entendre les rafales de mitraillette ».

 

Donneur d’ordre pakistanais : « Tout est filmé par les média. Infligez le maximum de dégâts. Continuez à tirer. Ne vous faites pas prendre vivant ».

 

Un autre échange téléphonique :

 

Donneur d’ordre pakistanais : « Frère Abdul, les media comparent votre action à celle du 11 septembre. Un des chefs de la police a été tué »

Un terroriste : « nous sommes au 10° et 11° étage ; nous avons 5 otages »

Donneur d’ordre pakistanais : « Tuez- les tous, sauf les musulmans ».

 

Les terroristes semblaient devoir attendre des instructions avant de tuer les otages ; c’est ce que laisse penser une autre conversation téléphonique :

Terroriste : «  On a 3 étrangers, dont 2 femmes de Singapour et de Chine »

Donneur d’ordre pakistanais : « Tuez-les ».

 

Ce dossier a été rendu public lors d’une conférence de presse tenue par Mr Mukherjee, le Ministre Indien des Affaires Etrangères ; il a précisé que l’Inde attendait maintenant que le Pakistan prenne les mesures appropriées afin de permettre de traduire devant la justice les auteurs de ces crimes.

 

Dans le même temps, il semble établi que l’un des responsables du groupe Lashkar-e- Taiba (LeT),  dénommé Zarar Shah ait reconnu que son groupe était impliqué dans ces attentats. Ce dernier a été arrêté en décembre par la Sécurité Pakistanaise.

 

Pour l’Inde, il n’est pas possible qu’une telle action, nécessitant une longue préparation (sur le sol pakistanais) et beaucoup de matériel, n’ait pas été connue des services de renseignements pakistanais (ISI).  Mais bien entendu cela est difficile à prouver.

Le Ministre de l’Intérieur indien résume bien la situation en disant : « Quelqu’un qui est un familier des opérations commando et quelqu’un qui est un familier des services de renseignement a dirigé cette opération ; et cela ne peut pas être entièrement un acteur non-étatique ».

 

L’Inde a réitéré sa demande pour que tous ceux qui sont impliqués dans cet attentat soient traduits devant la justice indienne ; le Pakistan se refusant à toute extradition.

 

La situation est pour l’instant bloquée.

 

Une réaction militaire ciblée indienne reste une option ouverte et l’Inde reste froidement déterminée à maintenir la pression. Elle fait monter la pression sur le Pakistan et est aidé en cela par plusieurs grandes puissances. Cela étant, une radicalisation ou une militarisation du conflit n’est pas dans l’intérêt des USA qui savent que la situation en Afghanistan est étroitement liée à celle du Pakistan.

 

Néanmoins, il nous paraît évident que si le Pakistan ne fait pas un geste envers l’Inde, le risque d’une réaction militaire indienne « frappes aériennes ciblées » augmentera sérieusement.  Au lieu de se demander si l'Inde ripostera ou non, on peut se demander comment l'Inde agirait si elle était décidée à une riposte militaire ; l'Inde prendrait le temps de réunir les évidences, communiquerait ces évidences au Pakistan et à tous ses alliés, demanderait et insisterait auprès du Pakistan pour qu'il coopère et livre les suspects à la justice indienne, mettrait à plusieurs reprises le Pakistan en demeure de répondre positivement... et ne réagirait qu'à l'issue de ce long processus. 

Cela ressemble étrangement à ce qui est en train de se passer.


 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02