Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 16:32

Comment ne pas s’intéresser aux relations entre ces deux géants voisins que sont l’Inde et la Chine ? Ces deux pays sont des géants à la fois sur le plan de la démographie et sur le plan économique. Ce sont aussi deux puissances nucléaires, deux puissances déjà lancées dans la conquête de l’espace. Les relations entre les deux pays sont complexes et tournèrent à l’affrontement armé, à plusieurs reprises, à propos du Tibet. Aujourd’hui la rivalité prend surtout des allures diplomatiques et la Chine s’inquiète de l’amélioration des relation indo-américaines, amélioration dont un signe tangible a été le fort soutien américain au déploiement en Inde du nucléaire civil, soutien d’autant plus nécessaire que l’Inde n’a jamais signé le Traité de non-prolifération nucléaire. Dans cet article que nous vous présentons en plusieurs parties, nous évoquerons surtout le Tibet, car ce qui s’est passé constitue une bonne illustration de la « faiblesse » ou du manque de détermination de la politique extérieure indienne, notamment vis-à-vis de la Chine. 

Il est important de revenir sur les relations entre la Chine, l’Inde et le Tibet avant 1950 et d’analyser le rôle joué par l’Inde lors de la prise du Tibet par les troupes armées chinoises, pour bien appréhender la situation actuelle et les enjeux qui en découlent pour la paix dans la région.

Au début du XX°, la Chine, accablée par la Guerre du Japon (1894 – 1895) et les nombreuses révoltes liées à l’occupation de son territoire, reste centrée sur ses problèmes intérieurs. Elle est absente de la vie politique internationale. S’intéressent alors au Tibet la Russie et l’Inde britannique. Les Russes furent les premiers à essayer de négocier avec les tibétains mais les anglais furent plus efficaces ; en 1904, ils envoyèrent une expédition militaire à Lhassa sous le commandement de   Sir Youngshusband (un nom qu’on retient facilement) et cette expédition déboucha sur un traité (septembre 1904) qui établissait un protectorat économique de la Grande-Bretagne sur le Tibet. En avril 1906, la Chine reconnut l’autorité de l’Inde sur le Tibet en signant avec les Anglais, et à l’insu des Tibétains, une convention ratifiant ce traité.

Mais les Chinois font vite preuve d’expansionnisme, notamment en érigeant un poste frontière en Birmanie, territoire anglais. Pour cette raison les Anglais organisent la Conférence de Simla en octobre 1913 afin de conclure un traité frontalier définitif et la Grande-Bretagne, le Tibet et la Chine se retrouvent à négocier.

Mais les négociations sont dans l’impasse ; la Chine souhaite intégrer la partie du territoire tibétain conquise par le général Zhao Erfang en 1908 alors que le Tibet veut voir son indépendance reconnue et que les territoires conquis lui soient rendus. Pour sortir de cette impasse, Sir Mc Mahon, à leur demande, leur soumet un tracé frontalier (la fameuse ligne Mc Mahon). Et ce traité sera toujours en vigueur au moment de l’indépendance de l’Inde (1947).

Mais sur le terrain, les parties ne respectent pas ce tracé ; il faut un nouvel accord (accord de Chamdo) en août 1918, signé sous l’entremise britannique. Cette fois les Chinois se retirèrent derrière les lignes de cessez-le-feu.

Les Britanniques ont donc essayé de stabiliser la région et ils s’emploieront à essayer de moderniser le Tibet.

Mais au même moment se développent en Inde les mouvements nationalistes et arrivent sur la scène politique indienne, Gandhi et Nehru qui allaient guider l’Inde vers l’indépendance. Ces derniers, par opposition au pouvoir colonisateur britannique, décidèrent que la question de la frontière entre la Chine et l’Inde était inutile, que c’était une conception occidentale pas adaptée au contexte asiatique.

Dés l’indépendance, l’Inde fit de l’amitié sino-indienne le pilier de sa politique étrangère. L’entrée au Tibet des troupes chinoises en 1950 allait mettre un terme à cet idéalisme indien.

 

L’armée chinoise entra au Tibet le 7 octobre 1950, mais ce n’est que 18 jours plus tard que les autorités indiennes en furent informées. Dès qu’il l’apprit, l’ensemble du monde politique indien fit part de son profond étonnement au gouvernement chinois, comme l’atteste ce message envoyé le lendemain au gouvernement chinois : « On nous avait constamment assuré que le souhait du gouvernement chinois était de régler la question tibétaine par des moyens pacifiques et des négociations. Ordonner l’envoi de troupes chinoises au Tibet nous apparaît étonnant et regrettable ». Cependant, si elle ne manqua pas d’exprimer son désaccord, l’Inde ne condamna pas fermement cette « libération pacifique » du Tibet par la Chine. Plusieurs raisons expliquent cela.

A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02