Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 14:11

Suite de l'article publié hier

— Bonjour frère serpent, salua le tigre. Nous voudrions connaître ton opinion sur les humains. Sont-ils loyaux et respectueux de ceux de ton espèce ?

— Les humains ? siffla le serpent, les humains ? Mais c’est la pire engeance de la création! Dès qu’ils nous aperçoivent, ils nous tuent sans pitié. Certains nous mangent et font de notre peau des ceintures. Vraiment je ne connais pas pires que les humains ! De plus ils justifient leurs actes barbares en disant que nous sommes des démons et que nous n’avons rien à faire sur cette terre.

— Vous ne vous comportez pas toujours très bien, risqua le saint homme.

— Comment? Jamais nous ne vous attaquons si vous ne venez pas nous déranger ; tout au plus nous volons parfois quelques oeufs dans vos poulaillers mais c’est ce que vous faites tous les jours aux poules !

Le brahmane, n’insista pas. Les comptes étaient faciles à faire, il ne lui restait que deux chances de s’en sortir. Le tigre remercia, hocha la tête et dit au saint homme :

— Changeons si tu veux. Tu peux demander l’avis d’une plante de ton choix. Nous verrons ce qu’elle te dira.

Et ils poursuivirent leur chemin. À un carrefour était planté un énorme banian, comme on en voit souvent. Les banians sont des arbres sacrés qui abritent de nombreux animaux entre leurs feuilles. Leurs longues racines aériennes pendent comme d’immenses chevelures sombres.

— Je te salue frère banian, dit le tigre, nous aimerions savoir ce que tu penses de la race humaine. Le banian réfléchit un long moment. Les banians ne sont pas rapides. Enfin il parla lentement d’une voix grave

qui faisait trembler tout son feuillage. Il était très vieux et manquait un peu de souffle.

— Il faut se méfier des hommes… Ils sont hypocrites… Moi, par exemple… Ils me rendent un culte… Ils m’apportent des offrandes… Mais ils n’hésitent pas à couper mes branches… Celui-là se choisit des bûches pour son tandoor… Celui-ci m’ampute pour faire un manche de pioche… Cet autre me hache pour construire une cabane… Les humains passent leur temps à détruire ma race en disant qu’ils nous aiment… Les hommes ne sont pas bons. Le tigre salua l’ancêtre et se tourna vers le pélerin en ricanant. Ce dernier vit l’éclair qui passait dans les yeux verts du félin. Il se délectait à l’idée que son repas serait bientôt servi.

Le saint homme n’avait plus qu’une chance, une seule. C’était bien peu. De plus il était obligé de reconnaître que toutes ces critiques étaient justes et que le reste de la création avait raison de ne pas beaucoup aimer la race humaine.

Près d’un torrent ils virent un singe à longue queue qui jouait à l’équilibriste sur les arches d’un pont. Le tigre le salua et lui demanda son avis sur les humains. Le singe fit trois pirouettes, lissa sa barbe et dit qu’il n’avait pas bien compris la question. Voulait-on répéter ?

— Je te demande, frère singe, ce que tu penses des humains.

— Pas grand-chose, dit le singe, mais quel est le problème?

— Nous voulions savoir si tu estimes qu’ils sont bons ou mauvais ?

Le singe dit que c’était une excellente question à laquelle il n’avait jamais réfléchi.

— Tu sais, frère tigre, moi j’habite dans la jungle et je suis un peu sot. Mais quelle est la raison d’une telle interrogation ?

Le saint homme expliqua toute l’affaire. Le tigre avait été enfermé, certainement sans raison valable, et ne méritait pas son sort ; comme il passait par là il l’avait délivré.

— Il était dans une cage, interrogea le singe à longue queue ? Je ne sais pas bien ce que c’est. Malheureusement on dit que je suis un peu demeuré. Une cage avec des barreaux ? Comment est-ce possible ? Je n’en ai jamais vu !

Le tigre lui dit que c’était facile de lui en montrer une, il suffisait de marcher quelques minutes pour retourner là où on l’avait capturé. Le singe accepta, il n’avait pas de rendez-vous, et tout le long du chemin, en bondissant autour du tigre, il lui disait:

— Quel dommage que je ne sois pas malin. Je comprendrais plus vite mais comme je suis limité, il me faut du temps car vraiment je ne suis pas très doué. Ils arrivèrent à la cage dont la trappe baillait grande ouverte.

— Ainsi c’est ça une cage ! s’exclama le singe en sautant tout autour et en s’accrochant aux barreaux. Et à quoi ça sert déjà ? Le tigre regarda le saint homme d’un air entendu. Ils étaient vraiment tombés sur le plus sot des singes.

— C’était pour me capturer… on m’a mis dedans, enfermé…

Le singe frisa ses moustaches.

— Jamais, en voyant cette cage, je n’aurais pu penser qu’un tigre royal comme toi, un aussi puissant animal, puisse tenir dedans.

— C’est hélas ! pourtant bien facile, répondit le tigre en entrant dans la cage et en s’allongeant de tout son long. Dans l’instant qui suivit, le singe, plus rapide que l’éclair, referma la trappe tandis que le saint homme ficelait solidement les barreaux. Le tigre rugit et tenta de forcer la porte en donnant des coups de griffes mais il était trop tard. Il était à nouveau enfermé et cette fois pour longtemps.

— Je vais te dire ce que je pense des humains, frère tigre, dit le singe. Certains sont bons, comme ce saint homme. D’autres sont mauvais. Mais ce n’est pas parce qu’il y en a de mauvais que tu dois condamner tous les hommes.

— Le brahmane pensa que le singe à longue queue n’était pas un sot mais un sage et que le tigre n’était qu’un sale menteur. Le saint homme prit son bâton et sa dernière calebasse qu’il avait posés dans l’herbe. Ils marchèrent un bout de chemin ensemble, tandis que le soir tombait, puis le singe, en trois bonds, disparut dans un verger de manguiers en fleurs.

                                                                                                 FIN 


NDLR : le tigre qui figure sur cette page est une aquarelle de Thibault de Pertat

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alixbb 26/10/2008 22:16

très sympa....

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02