Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 15:56

La crise financière internationale et la situation de krach boursier font la une de la presse indienne.

L'Inde voit également ses bourses dégringoler et depuis plusieurs semaines l'une des grandes banques indiennes fait l'objet de rumeurs persistantes sur sa solvabilité. Enfin l'Inde fait partie de l'économie globale et l'inquiétude est perceptible, malgré les déclarations apaisantes et rassurantes des autorités.

Nous avons le sentiment cependant que l'Inde est relativement protégée de la situation internationale actuelle. Les fortes baisses boursières reflètent bien sûr les désinvestissements des institutionnels étrangers mais les bourses indiennes sont depuis longtemps habituées à une forte volatilité. Au-delà du bas niveau de la capitalisation boursière indienne, l'Inde dispose en réalité de fondamentaux assez solides dans cette situation de crise.

Tout d'abord, l'Inde vit d'abord sur son marché domestique qui est considérable. De plus l'endettement des ménages est faible et le taux d'épargne élevé. 

Par ailleurs le système bancaire indien, fortement surveillé par la Banque Centrale (Reserve Bank of India), est sain. La crise de liquidité touche aussi l'Inde, mais les fondamentaux bancaires indiens sont sains. La Banque Centrale a déjà pris les mesures qu'il fallait pour injecter des liquidités. Mais surtout les banques indiennes sont très peu impliqées dans les opérations de subprimes ou dans des opérations interbancaires avec les banques occidentales en difficulté.

On peut ajouter que l'Inde importe plus qu'elle n'exporte ce qui réduit sa dépendance de l'étranger. En outre toute baisse du cours des matières premières, et particulièrement du pétrole, est favorable à l'Inde.

Si l'Inde n'est pas directement menacée par la situation présente, elle sera néanmoins impactée par la récession qui s'annonce ; en effet l'Inde est trés présente dans les services et l'informatique et une grande partie de ces activités se fait pour le compte de grandes sociétés étrangères qui elles sont directement touchées. L'Inde s'attend donc à un ralentissement de son économie et revoit à la baisse sa croissance; on parle maintenant de 7% au lieu de 8 ou 9%.

Même si l'ampleur de la dégringolade boursière n'est pas sans poser de problèmes en Inde, la situation présente
n'est pas objectivement catastrophique. L'Inde s'était habituée, depuis 5 ans, à des taux de croissance compris entre 8 et 9% et va devoir gérer le ralentissement de sa croissance.

NDLR : Chers Lecteurs comme vous pouvez le deviner, vous connaissez l'auteur de ce sérieux article... Même à Goa, état hippie par excellence, nos conversations ont beaucoup porté sur la situation économique actuelle et nous voulions en faire un sujet dans le blog. Les grands esprits se rencontrent et le site l'Inde Aujourd'hui a également publié un article sur le même sujet !

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Economie
commenter cet article

commentaires

rollinde 14/10/2008 12:44

bonjour
je me permets de commenter votre blog, que j'ai decouvert par hasard aujourd'hui et dont j'apprecie l'aspect professionalo-personnel!
nous sommes partis a peu pres au meme moment pour pondicherry, et cela m'amusait de lire votre chronologie de depart et d'installation, tres proche de la notre ! ma femme est enseignante et je tiens un blog (wwww.tacyte.org) qui traite de mes sujets d'interet : l'innovation et l'entrepreneuriat. Une bonne place y est tenue par la finance sociale, un sujet d'actualité !

par ailleurs, le financial times a fait part sur ce sujet de la panique bancaire au karnataka :

"Le « Financial Times » a trouvé un cas de retrait massif d'argent d'une banque par des particuliers. C'était en Inde, non pas dans le coeur financier de Bombay mais dans les villes du Karnataka et d'Andhra Pradesh, comme l'écrit James Lamont. Des déposants ont fait de longues queues pour retirer leur argent des billetteries automatiques et des guichets de l'Icici Bank, la deuxième banque du pays. « C'était le début d'une panique bancaire à l'ancienne », écrit le journal britannique pour décrire ce « bank run ».
Le sauvetage de cette banque incombe au nouveau gouverneur de la Banque de réserve de l'Inde (RBI). Pour calmer les esprits, Duvvuri Subbarao a émis un bref communiqué pour affirmer que les dépôts de l'Icici étaient protégés et que la banque centrale lui assurerait des liquidités si cela est nécessaire.
Pour sa part, la direction de l'Icici a fermement démenti les rumeurs sur sa santé financière à l'origine de la panique en les qualifiant de « malveillantes et sans fondement ». La banque indienne avait admis détenir simplement 59 millions d'euros de créances sur Lehman Brothers. Cette panique, souligne le journal, n'a pas duré mais elle est suffisante pour souligner l'urgence d'une véritable réforme du système bancaire indien. Malheureusement, la crise financière mondiale a donné de nouveaux arguments au « lobby antiréforme », qui refuse d'ouvrir plus le système bancaire « au système toxique » venant d'Amérique.
Et pourtant, semble regretter le « Financial Times », « il y a deux mois seulement, c'était une tout autre histoire ». Encouragé par la ratification du traité sur le nucléaire civil avec les Etats-Unis, le gouvernement indien semblait avoir les mains libres sur sa gauche pour lancer ces réformes nécessaires avant les élections de mai prochain. L'un des objectifs de cette réforme que devait mener M. Subbarao était de donner un accès plus large aux marchés des capitaux aux petites banques. Ce qui pourrait être estimé dans les 48 milliards de dollars par an d'argent frais. Mais la crise mondiale est passée par là et, selon le « Financial Times », personne n'ose reparler de cette réforme même si l'Inde se classe par le montant de ses actifs financiers à égalité avec l'Indonésie et loin derrière la Chine."

Olivia et Geoffroy 14/10/2008 17:05


Merci de votre long commentaire et de l'intérêt que vous portez à notre blog ! Comme vous l'avez compris nous essayons de comprendre l'Inde à travers ses multiples facettes ! Je n'ai pas exploré
encore la partie finance sociale, j'ai juste une idée de ce qui se passe en micro finance et micro assurance, mais j'attends d'en savoir davantage. En ce qui concerne la banque dont vousparlez, il
s'agit effectivement de rumeurs voire de manipulation comme cela est fréquent en Inde et ceci est d'autant plus facile que la presse est de mauvaise qualité ici. Quant au système bancaire indien,
c'est un sujet que je connais mieux. Globalement le système bancaire est sain et le régulateur (la banque centrale RBI) est très professionnel. Les banques indiennes sont plutot bien capitalisées
et diposent de plus de dépôts que de crédits. Les Indiens ont été très conservateurs dans la surveillance du système banacaire et c'est bien. S'il ya des réformes àfaire c'est dans le sens d'une
simplification de la bureaucratie et de la règlementation qui s'empile depuis le Banking Act de 1952.  Plu s globalement l'Inde a une bonne politiqu eéconomique et financière et gère
adéquatement ses ressources peu élevées...


David C. 13/10/2008 01:56

Pourtant vous parlez de politique? Même si c'est en Inde ça reste la vie de la cité!

David C.

rimesoudeprime 13/10/2008 00:13

petite visite.

David C. 12/10/2008 15:31

Vous souhaitez des solutions pour faire face à la crise financière internationale:

Faites appel à Cheminade !!!

Depuis 1995, Jacques Cheminade l'avait dit!!! Aujourd'hui Jacques Cheminade propose ses solutions!!!

Vite demandez un VRAI Nouveau Bretton Woods !!!

Nous avons fait le bon diagnostic, en regardant la réalité en face l’hiver dernier. Maintenant, soutenez avec nous ces mesures : c’est le médecin qui fait le bon diagnostic qui rédige la meilleure ordonnance.

David C.
david.cabas.over-blog.fr

Olivia et Geoffroy 12/10/2008 16:54


Merci de votre commentaire mais comme vous l'avez remarqué on ne fait pas de politique partisane dans ce blog...


Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02