Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 16:00

Suite de l'article paru hier

De retour à St.Gervais les héros sont fêtés dans la joie, non sans avoir été "débrieffés" par le maire et le préfet avant de parler à la presse.  A Chamonix c'est la tristesse et le recueillement pour les funérailles de René Payot.
Sir Guranath BEWOOR (Président d'Air India à Chamonix le 10/11/1950):  "Je ne pensais pas que dans aucun pays au monde, des hommes vivants, puissent se sacrifier pour des hommes morts..."

Un journal français dans son édition du 10 novembre 1950 publie un long article sur cette catastrophe et nous n’en citerons que quelques extraits ; il est amusant de voir que le journaliste de l’époque parle des indiens comme des indigènes… : « Vendredi 10 h 45, un avion de Bombay annonce son atterrissage à Genève-Cointrin, puis rien. Samedi, toujours rien. Dimanche 15 h 45, un avion suisse découvre l'épave près du sommet du mont Blanc. Lundi 15 h 30 le guide René Payot, tête de file de la cordée de pointe, se tue dans une crevasse. Mardi, ordre d'arrêter à Chamonix ; Saint-Gervais continue.

Tel est, à cinq jours de l'accident, le bilan sommaire de la situation. Conduit par un équipage de sept Hindous et piloté par un des as de l'aviation britannique, le Constellation Malabar Princess, de l'Air India, avait chargé à Bombay 40 indigènes de la marine de commerce, destinés à armer un navire ancré en Angleterre. Voyage normal par dessus les déserts torrides de la Méditerranée. Sur la France, un vent d'ouest de 100 km/h qui ne gêne pas trop l'élan de ses quatre puissants moteurs lorsque, de 5.000 m au-dessus de Voiron, il avise de son arrivée la tour de contrôle de Cointrin. On l'y attendra vainement. « 

 

L’histoire ne s’arrête pas là cependant. En effet le Président d’Air India n'imaginait pas que seize ans après, le 24 Janvier 1966, le "KANGCHENJUNGA" un Boeing 707 de la même compagnie "Air India" allait s' écraser au même endroit!

Ce Boeing 707-437 devait relier Bombay à New York en passant par Beyrouth, Genève et Londres ; il transporte 117 passagers dont 46 marins (comme dans le Malabar Princess) et Homi Bahabha (photo), le père du programme nucléaire indien. Le pilote est J.T. Da Souza un pilote chevronné. A 8H du matin, alors que l’avion est à 6200 m, le contact radar disparait. Les opérations de sauvetage se feront par hélicoptère et les sauveteurs arrivés rapidement sur les lieux de l’accident ne trouvent aucun survivant, à l’exception d’une partie des 200 singes de laboratoires qui faisaient partie du voyage.                                                                          

Dans ces deux catastrophes aériennes, les débris sont éparpillés et vont rejoindre le glacier des Bossons. En 1986, le glacier rend les premiers débris et on retrouve la roue du train avant du Malabar Princess, puis une partie de l’aile.



















La semaine dernière, un des quatre moteurs de l'avion indien a été extrait du glacier des Bossons, en contrebas du Mont-Blanc. C'est un collectionneur lyonnais passionné d'aviation, Daniel Roche, qui, 58 ans après le crash de l'appareil. Le moteur a donc été envoyé hier à Lyon pour y être étudié. Les analyses devraient lever le voile sur les circonstances de la première grande catastrophe aérienne civile dans le massif du Mont-Blanc. Elles devraient déterminer si l'accident du Malabar Princess a été causé par une défaillance technique ou simplement par une mauvaise météo.




En 2004, l’histoire du « Malabar Princess » inspirera le film « Malabar Princess » de Claude Legrand avec Claude Brasseur et Jacques Villeret.






Voilà, vous connaissez maintenant l'histoire du "Malabar Princess", histoire qui nous a passioné. Deux avions d'Air India se crashant pratiquement au même endroit ! Le glacier des Bossons nous rend maintenant les débris de ces accidents, une façon de nous rappeler que nous ne disparaissons jamais complètement et que nous devons conserver le souvenir des hommes et femmes héros et victimes de cette épopée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Divers
commenter cet article

commentaires

BRS 24/01/2016 21:04

"il est amusant de voir que le journaliste de l’époque parle des indiens comme des indigènes" : définition du mot indigène : "né dans le pays qu'il habite" (dictionnaire Larousse), "qui est né dans le pays dont il est question" (dictionnaire Robert). Les Français sont pour la plupart des indigènes. Les auteurs du texte sont peut-être indigènes sans le savoir. Le président des USA doit obligatoirement être indigène.

ROCHE 27/10/2011 02:19


JE CONTINUE MES AVENTURES DANS LES GLACES ET RETROUVE DES PIECES MILITAIRES QUI CONFIRMERAIT BIEN QUE LE BOEING EST ENTRER EN COLLISION AVEC UN AVION MILITAIRE ITALIEN CE QUE RENE DESMAISON AVAIT
DIT LORS DE SON EXPED PIRATE AVEC ORTF UN MOIS APRES LE CRASH/JE RETOURNE POUR LA TROISIEME FOIS EN INDE EN 2012 MONTRER A AIR INDIA LES RESULTATS DE MES RECHERCHES ETC
PROCHAINES PROJECTIONS DEBAT 21 OCTOBRE CAGNES/3 NOV 2011 TOULOUSE PUIS BOMBAY NEW YORK COSTA RICA EN 2012 ET BIEN SUR DANS LES ALPES DANS LES SEMAINES ET MOIS A VENIR/SALUTATIONS


ROCHE 27/10/2011 02:14


JE SUIS DANIEL ROCHE/J4AI RETROUV2 LES PAPIERS DE JACQUELINE QUI ETAIT DANS LE VOL ET SA FAMILLE ET REDESCENDU 6 TONNES DE PIECES BIJOUX DOCUMENTS PHOTOS MONNAIE LETTRES ETC DES DEUX AVIONS.J AI
FAIS UN FILM ET JE FAIS LE TOUR DU MONDE EN RACONTANT CETTE HISTOIRE/MERCI A F. REY POUR SON EXCELLENT LIVRE (bible) QUI M A MIS DANS CETTE AVENTURE/MON CONTACT MAIL ET 06 08 315 415


Jacqueline 04/07/2010 09:10


Nous avons perdu un cousin dans le crash de Janvier 1966. Il s'etait marie quelques semaines avant cette tragedie. Sa femme n'etait pas avec lui.


Olivia et Geoffroy 04/07/2010 09:21



Oui ce fut une tragédie et désolé de savoir que ton cousin était parmi les passagers. Cette histoire est très émouvante et c'est la raison pour laquelle nous l'avons raconté.



françoise franco 23/03/2009 21:38

Toute l'histoire ( crash de 50 et de 66) est racontée dans le livre "Crash au mont Blanc, les fantômes du Malabar Princess" (Françoise Rey) chez Glénat ( livre qui a inspiré Daniel Roche et le réalisateur du film...)
Bonne lecture,
françoise, l'auteur

Olivia et Geoffroy 24/03/2009 16:24



merci de votre commentaire. Nous n'avons pas lu votre livre mais nous allons le faire ! Nous espérons que notre article vous a plu. Cette histoire nous a passioné et
inspiré, tout comme vous.



Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02