Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 08:04

Hier  matin en Inde, les portes des 30 000 institutions chrétiennes d'enseignement sont restées closes, en signe de protestation contre les violences dont sont victimes les chrétiens de l'Orissa depuis cinq jours. Dans cet État de l'est de l'Inde, le meurtre samedi dernier d'un dirigeant local du Vishwa Hindu Parishad (VHP, ou Conseil mondial hindou), a en effet déclenché des émeutes, certains activistes hindous accusant la communauté chrétienne d'être à l'origine de l'attaque bien que la police l'ait, elle, attribué à la guérilla maoïste.

Le bilan officiel est de 11 morts et de 25 églises incendiées. Des centaines d'institutions et de maisons chrétiennes ont par ailleurs été saccagées, notamment dans le district de Kandhamal, où se concentre l'essentiel de l'agitation. Dans cette zone rurale reculée,  plusieurs milliers de chrétiens ont fui dans les collines et forêts alentours, de peur d'être pris pour cible par les extrémistes hindous. Les premiers camps de réfugiés se sont mis en place.

Majoritairement tribal, ce district est l'un des plus pauvres de l'Orissa, mais aussi, depuis quelques années, le plus tristement célèbre. Des vagues de persécution anti-chrétienne ressurgissent épisodiquement, la dernière remontant à noël dernier. Les chrétiens, qui représentent 20% de la population (contre 2,3% au niveau national), sont régulièrement pointées du doigt par les organisations de l'hindouisme militant. Le religieux assassiné ce samedi avec quatre de ses fidèles, Swami Laxamanananda Saraswati, 85 ans, était d'ailleurs à la tête d'une campagne contre les conversions au christianisme.

Le prosélytisme chrétien reste une question très sensible dans le pays, particulièrement lorsqu'il concerne les tribus et les intouchables, où le zèle des missionnaires est souvent perçu comme agressif. Depuis plusieurs décennies, des activistes comme Saraswati militent ainsi pour "ramener" ces populations convertis dans le giron de l'hindouisme. Le gouffre entre les deux communautés s'agrandit donc un peu plus chaque jour. La dimension politique des récentes violences ne peut cependant être ignorée, les élections législatives locales en Orissa se tenant dans quelques mois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivia et Geoffroy - dans Actualité et société
commenter cet article

commentaires

François DAVIN 02/09/2008 22:30

Tiens, à propos de christianisme en Inde j'ai une news pour vous:

L'Eglise catholique de Bombay, dans l'ouest de l'Inde, a nié dimanche qu'un portrait du Christ exsudait du sang, comme le racontaient depuis deux mois de nombreux fidèles.

Des foules de croyants s'étaient précipités le 27 juin dans l'église Saint-Michel du centre de Bombay, la capitale économique indienne, après avoir appris que le Christ représenté sur un tableau "saignait" du coeur.

L'archevêque de Bombay, le cardinal Oswald Gracias, s'était immédiatement rendu sur place et avait ordonné une analyse scientifique de la peinture.

"Les examens ont été effectués et il est attesté qu'il n'y a aucune trace de sang dans les rayons rouges sortant du coeur de Jésus Christ dans cette représentation de la Miséricorde divine", a-t-il assuré dans son bulletin d'informations hebdomadaire publié dimanche.

Le cardinal Gracias, qui a autorité sur un demi-million de catholiques à Bombay, n'a pas pu dire pourquoi tant de gens avaient cru à un "miracle" ce jour-là.

En mars 2007, des milliers d'habitants des îles Andaman, dans l'Océan indien, avaient aussi afflué pour voir un portrait du Christ qui, paraît-il, "saignait" des mains et du coeur.

Blog Translation

English

Recherche

Meteo

click for Bombay, India Forecast

Archives

Visiteurs depuis avril 2010

free counters

 nrinumero02